Skip to content

Le campement

15:03:2008


Mahmoud a enfin donné le signal d’arrêter la caravane.
Instant délicieux de la fin de la marche, à savourer de tous nos muscles fatigués.
Dociles, les dromadaires se laissent délester de leur chargement. Bien vite bidons d’eau, sacs, caisses, seaux, cartons, bouilloire, hache et râteau, nattes et matelas, tapis et couvertures, posés tout en vrac sur le sable, définissent un premier territoire. Les bêtes entravées s’ébrouent et partent à la recherche de l’herbe rare, de leur démarche vaguement comique.
Chacun s’active autour des sacs et des paquets. Salim, Hassam et Cheikhani dressent la petite tente pour abriter la cuisine, et déplient sur le sable la natte qui donne au campement son orientation. L’essentiel est en place. Nous pouvons nous éloigner un peu de ce centre de village, à la recherche du creux de dune abrité du vent où passer la nuit.
Demain matin, quand nous aurons levé le campement, il ne restera derrière nous que quelques épluchures de légumes, des débris de menthe et de thé – avec le piétinement de nos pas dans le sable.

Publicités

From → situations

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :