Skip to content

Limites

19:11:2012


Une croix, panneau routier, une borne.
Trois objets, trois époques, trois façons de marquer
ce col modeste et anonyme, quelque part
entre Forez et Auvergne, Loire et Puy de Dôme.


Des trois, le plus récent c’est le panneau. Dans le langage de l’administration des routes, il s’agit du modèle E31, « utilisé pour la localisation de tous les lieux traversés par la route pour lesquels il n’existe pas de panneau spécifique ; panneau à fond noir et inscription blanche. » C’est lui qui nomme l’endroit : « Col des Limites ». Une capitale initiale indique qu’il s’agit d’un nom propre, c’est-à-dire qu’il est théoriquement unique : le nom Pyrénées, par exemple, ne saurait s’appliquer à d’autres montagnes… Le pluriel intrigue : ces « Limites » cacheraient-elles une complexité insoupçonnée ? De quels confins, de quelles marches, de quels territoires excentrés est-il ici question ? Premier mystère.
Le panneau donne également une altitude : 1157 m (composée sans espace entre les deux “1”, c’est-à-dire, selon le code typographique, comme une date et non comme un nombre). Méconnaissance ou étourderie ? Second mystère.
Accroché à l’un des pieds, une plaquette de forme rectangulaire, dite « de repérage hectométrique, modèle E53c, utilisée sur les routes départementales, et présentant le nom de l’itinéraire sur fond jaune et des indications de repérage longitudinal sur fond blanc. » Ici commence donc, vers la droite, la D 496. Nous sommes au kilomètre « 0 ». De la route partant vers le Puy-de-Dôme, cette plaquette ne nous dit rien.
À gauche, une borne de pierre, datant probablement du 19e siècle, indique : Rte DEP N°1 LIMITE DE DEPARTEMENS PUY-DE-DOME LOIRE, avec un « T », en exposant entre le « N » et le « S », corrigeant l’erreur d’orthographe. Deux flèches et un filet vertical de séparation complètent la composition. Le haut de la borne a été peint en jaune, il y a visiblement quelques années déjà, et le lettrage vient d’être repris à la peinture noire.
En arrière, une croix de fer forgé, sans aucune mention. La croix est un symbole en forme d’intersection, ce qui tombe bien car nous sommes précisément à un carrefour. C’est également un symbole utilisé dans la chrétienté pour figurer l’instrument de torture en bois sur lequel fut cloué Jésus-Christ… Celui qui croyait en Dieu et celui qui n’y croyait pas ont-ils conversé en ce lieu qui questionne les limites entre ciel et terre ? Troisième mystère.
Que nous disent ces objets ?
Tout d’abord qu’il fut une époque où l’administration des routes n’avait pas de pudeur à reconnaître ses fautes d’orthographe.
Ils nous disent aussi que, les lois de décentralisation étant passées par là, chaque département gère et balise désormais son propre réseau de routes.
Subsistent trois mystères quant à ces « Limites » dont le col porte le nom.
Au-delà de cette limite, votre ticket n’est plus valable, mais si les limites sont franchies, alors il n’y a plus de borne !

   

Publicités

From → situations

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :